fbpx

Vertiges soudains et interminables, perte d’audition, acouphènes… vivre avec la maladie de Ménière peut être très incommodant… Surtout si elle n’est pas traitée! Vous croyez en souffrir? Vous désirez aider un proche qui semble en être atteint? Le présent texte vous guidera vers une prise en charge efficace de la maladie de Ménière.

Qu’est-ce que la maladie de Ménière?

La maladie de Ménière est un trouble de l’oreille interne qui se caractérise principalement par des épisodes répétés de vertiges rotatoires soudains. Ces épisodes peuvent durer entre une dizaine de minutes et plusieurs heures. 

Les personnes atteintes de la maladie de Ménière vont généralement ressentir une perte d’audition variable, surtout avec les sons graves. De plus, elles peuvent également souffrir d’un acouphène ressemblant au bruit d’un bourdonnement. Plusieurs symptômes secondaires vont aussi incommoder les personnes atteintes de la maladie de Ménière, comme:

  • sensation d’oreille bouchée, 
  • maux de tête,
  • migraines,
  • nausées,
  • vomissements,
  • etc.
Les vertiges peuvent aussi faire partie des symptômes de la maladie de Ménière.

L’évolution et l’origine des symptômes

La plupart des cas vont apparaître entre 40 et 60 ans. Chez la majorité des gens atteints, ce trouble débute dans une seule oreille. Toutefois, près de la moitié des cas verront des symptômes apparaître dans les deux oreilles après quelques années. De leur côté, les vertiges réduisent en fréquence et en intensité au bout de 5 à 10 ans.

Malheureusement, les scientifiques n’ont pas encore identifié la cause de ce trouble. Ils savent que les symptômes sont causés par un excès d’endolymphe* dans l’oreille interne, mais personne n’a réussi à prouver ce qui cause cet excès, malgré plusieurs études.

* L’endolymphe est un liquide qui aide la cochlée et le vestibule, les organes de l’ouïe et de l’équilibre qui sont situés dans l’oreille interne, à faire leur travail.

La prise en charge de la maladie de Ménière

Pour une prise en charge efficace, il faut tout d’abord consulter un oto-rhino-laryngologiste, aussi appelé médecin ORL. À l’aide de différents tests médicaux, le médecin ORL pourra voir si vous souffrez bel et bien de la maladie de Ménière ou si vos symptômes proviennent d’ailleurs. Une évaluation audiologique sera aussi nécessaire.

Malheureusement, il n’existe pas de façon de guérir une personne qui souffre de la maladie de Ménière. Toutefois, plusieurs traitements permettent d’en réduire les symptômes.

Tout d’abord, il est possible de prévenir les crises de vertiges et réduire leur gravité en limitant la consommation de sel, de caféine et d’alcool. De plus, des médicaments existent pour soulager les crises de vertige soudaines et leurs symptômes connexes (nausées, vomissements, etc.) lorsque ces dernières apparaissent.

Pour ce qui est des acouphènes, ils peuvent être masqués avec un appareil placé derrière les oreilles. Ce dernier émettra des sons à très faible volume pour couvrir le bruit des acouphènes sans déranger la personne qui en souffre.

Finalement, si nécessaire, des médicaments, qui rendront les crises de vertiges moins intenses et plus espacées, seront prescrits.

Je crois souffrir de la maladie de Ménière, que dois-je faire?

Si vous vous reconnaissez à la lecture de ce texte, il est fort possible que vous souffriez de la maladie de Ménière. Mais il n’est pas exclu que vos symptômes soient causés par autre chose!

La meilleure façon de savoir si ce que vous ressentez provient effectivement de cette maladie est de consulter un médecin ORL. Pour se faire, vous n’avez qu’à contacter la Clinique Auditive Rive Nord la plus près de chez vous!

Partager cette page
  • 7
  •  
  • 0

Les années filent et vous avez l’impression que la diminution de votre audition a un impact sur votre santé cognitive? Vous avez tout à fait raison. Il s’agit d’un des symptômes les plus souvent observés suite à une perte auditive. Toutefois, ce n’est pas parce qu’un problème est répandu qu’il ne faut pas agir pour le ralentir! Surtout dans le cas des problèmes d’audition.

Le lien entre l’audition et la santé cognitive

La surdité est provoquée par une perte de cellules sensorielles qui permettent au cerveau de décoder l’environnement sonore. Cette perte de cellules sensorielles est directement causée par le vieillissement. Chez les personnes de 65 ans ou plus, 30% présentent des problèmes d’audition suffisamment importants pour lui donner des difficultés à communiquer.

En fait, une audition affaiblie mènera invariablement à un ralentissement de la santé cognitive. Ce ralentissement se présente sous plusieurs formes. Parmi celles-ci, notons:

  • des pertes de mémoire, 
  • des troubles d’attention,
  • un jugement et une logique parfois défaillants,
  • des difficultés à communiquer.
Une mauvaise santé cognitive peut vous mener à vous isoler.

Le cercle vicieux d’une santé cognitive fragile

La santé cognitive est un pilier de la santé générale. Mais si la santé cognitive tombe, il y a de forte chance que la santé générale suive. Comme si ce n’était pas suffisant, ce cercle vicieux est également accompagné d’un cocktail de potentiels problèmes supplémentaires.

Tout d’abord, une personne souffrant d’un problème d’audition sera portée à s’isoler. Une fois isolée, elle verra ses problèmes de santé cognitive et d’audition s’accélérer, ce qui la fera s’isoler encore plus. Bref, la santé mentale en prend pour son rhume. 

Les études scientifiques sont de plus en plus nombreuses à démontrer que les problèmes de santé cognitive peuvent créer un cocktail de problèmes de santé générale. Par exemple, le risque de développer une maladie dégénérative, telle que la maladie d’Alzheimer, est 2,5 fois plus grand chez les personnes de 75 ans ou plus atteintes de surdité. De leur côté, les personnes atteintes de démence verraient souvent leur condition accélérée par une perte d’audition non traitée.

Comment prévenir les problèmes de santé cognitive?

Sachant tout cela, on comprend rapidement qu’il est capital de prendre les signes avant-coureur de surdité très au sérieux. Heureusement, même si le processus de perte d’audition est graduel et irréversible, il est possible de le ralentir.

Tout d’abord, plus les problèmes auditifs seront pris en charge tôt, plus il sera facile de réduire leur impact. Ainsi, il est recommandé de consulter un professionnel de l’audition comme un médecin ORL ou un audiologiste tous les deux ans, à partir de 50 ans. La prise en charge de votre santé auditive par un professionnel vous permettra de détecter rapidement tout problème et ainsi donc, de prendre les mesures appropriées pour minimiser les impacts sur votre qualité de vie. 

Mettez toutes les chances de votre côté!

Pour éviter les problèmes de santé cognitive plus tard, il faut agir aujourd’hui. Et la meilleure façon d’agir est de prendre rendez-vous dans l’une des cinq Cliniques Auditives Rive Nord. Pour se faire, visitez notre page « Contact ».

Au plaisir de vous rencontrer! 

Partager cette page
  • 6
  •  
  • 0

Si vous avez déjà pris l’avion, vous avez probablement ressenti une douleur aux oreilles au décollage, à l’atterrissage ou les deux. La douleur est probablement partie comme elle est arrivée, c’est-à-dire rapidement et sans même que vous vous en rendiez compte.

D’où provenait cette douleur? Pourquoi se répète-t-elle pratiquement invariablement, dès que vous prenez l’avion? Que faire pour l’éviter la prochaine fois que vous prendrez l’avion? Voici les réponses!

L’impact d’un vol d’avion sur les oreilles

La trompe d’Eustache est un tube qui relie votre oreille moyenne à la région de la gorge et du nez. Elle assure un équilibre de pression d’air à l’intérieur de votre oreille ainsi qu’à l’extérieur de celle-ci.

Lorsque l’avion change d’altitude, comme au décollage ou à l’atterrissage, la pression atmosphérique change également. La trompe d’Eustache est ainsi forcée de s’adapter, ce qui peut prendre du temps. Pendant ce temps d’attente, vous pourriez ressentir les symptômes suivants:

  • Mal d’oreille ;
  • Sensation d’oreille bouchée ;
  • Légère perte auditive ;
  • Tintement ou bourdonnement dans l’oreille ;
  • Étourdissements ;
  • Douleurs aux sinus (surtout autour des yeux) ;
  • Aggravement de l’acouphène si vous en souffrez déjà.

Comment prévenir la douleur aux oreilles en avion

Malheureusement, il n’existe pas de solution miracle. Rien ne garantit que vous sentirez ou non une douleur. Rien que vous pouvez faire qui garantit que vous pourrez vous en débarrasser. Toutefois, il existe quelques trucs qui peuvent aider à prévenir ou à guérir cet inconfort plus rapidement.

Bâillez, mastiquez et/ou avalez. Ces actions sollicitent les muscles près de la trompe d’Eustache, ce qui l’aidera à travailler. Prévoyez le coup en apportant avec vous une bouteille d’eau, de la gomme à mâcher et/ou une collation dans l’avion.

Hydratez-vous. Raison de plus d’avoir votre bouteille d’eau à portée de main : être bien hydraté aidera la trompe d’Eustache à mieux travailler. De plus, vous mettrez plus de chances de votre côté si vous évitez le café et l’alcool avant ou pendant le vol.

Équipez-vous de bouchons ou de protections auditives avant de partir. Ainsi, vos oreilles seront en grande partie protégées du changement de pression atmosphérique. 

Utilisez un décongestionnant 30 à 60 minutes avant le départ. Ce truc sera surtout utile si vous souffrez déjà de congestion nasale, d’une sinusite, d’une otite ou d’une autre infection du genre. Oui, ces symptômes peuvent empirer les maux d’oreilles en avion! Le décongestionnant aidera à libérer vos sinus et vos trompes d’Eustache pourront travailler plus facilement. Notez que ce truc n’est pas recommandé pour les enfants.

Manœuvre de Valsalva. Imitez ce que vous feriez normalement pour vous moucher: fermez la bouche, bouchez votre nez et respirez doucement à quelques reprises. Cette manœuvre permettra d’égaliser la pression dans vos oreilles. Assurez-vous toutefois de ne pas trop forcer, ce qui pourrait créer de nouvelles douleurs plus prononcées aux oreilles.

Restez éveillé lors des changements de pression atmosphérique. Vous ne ressentirez pas d’inconfort si vous dormez, mais vous ne pourrez pas non plus effectuer les exercices nécessaires pour aider vos trompes d’Eustache à travailler. Ainsi, vous avez plus de chances de souffrir à votre réveil. Une fois la montée en altitude de l’avion terminée, vous pouvez tomber dans les bras de Morphée… mais assurez-vous de vous réveiller avant la descente vers la piste d’atterrissage!

Que faire après un vol douloureux pour vos oreilles?

De retour sur la terre ferme, il est possible que vous ressentez toujours un inconfort aux oreilles. Continuez d’utiliser les trucs nommés plus haut et le tout devrait se résorber.

Il est possible que la douleur perdure plusieurs heures après l’atterrissage. Dans ce cas, nous vous recommandons fortement de consulter un médecin ou un médecin ORL. D’ailleurs, vous trouverez facilement un médecin ORL dans les cinq Cliniques Auditives Rive Nord. Contactez-nous pour obtenir rendez-vous!

Partager cette page
  • 98
  •  
  • 0

Avez-vous déjà remarqué que les otites touchent les enfants de façon beaucoup plus significative? Est-ce que votre enfant fait des otites de façon systématique dès qu’il attrape un rhume ou une grippe? Voici pourquoi.

Qu’est-ce qu’une otite? Qu’est-ce qui les cause?

Tout d’abord, il faut savoir ce qu’est une otite de l’oreille moyenne. Une otite est une infection, par un virus ou une bactérie, de l’oreille moyenne. Le symptôme principal de l’otite est une douleur au niveau de l’oreille, mais elle peut être accompagnée de fièvre.

La plupart du temps, une otite est causée par une accumulation de sécrétions du nez et de la gorge dans la trompe d’Eustache*, ce qui explique pourquoi elles suivent souvent un rhume ou une grippe. Plusieurs otites causées par une bactérie guérissent d’elles-mêmes en 2 ou 3 jours.

*La trompe d’Eustache est le tube qui relie l’oreille moyenne au nasopharynx (région du nez et de la gorge). Elle permet une bonne aération dans l’oreille et d’équilibrer la pression d’air derrière le tympan.

Pourquoi les enfants sont plus sujets à souffrir d’otites que les adultes?

La raison principale derrière le fait que les enfants sont plus souvent touchés par les otites est leur jeune âge. Étant plus jeunes, les enfants ne sont pas entièrement capables de se moucher adéquatement. Ainsi, ils ne réussissent pas à évacuer la totalité de leurs sécrétions. 

De plus, la trompe d’Eustache d’un enfant est plus courte, plus étroite et plus horizontale. Les sécrétions du nez et de la gorge se rendent donc plus facilement à l’oreille moyenne. Ainsi, les ingrédients nécessaires pour créer une otite sont réunis.

Comment soigner une otite?

Deux principales solutions s’offrent à vous pour soigner un enfant (ou un adulte) souffrant d’une otite de l’oreille moyenne:

Rincez son nez avec une solution saline. Cela aidera l’oreille à se débarrasser du virus ou de la bactérie qui l’infecte. D’ailleurs, sachez que vous pouvez la faire vous-même en ajoutant 2 cuillères à thé de sel et 1 cuillère à thé de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau bouillie et refroidie.

Donnez-lui de l’acétaminophène. Vous pouvez aussi remplacer l’acétaminophène par de l’ibuprofène, mais uniquement si votre enfant a plus de 6 mois et qu’il n’a pas de difficulté à s’hydrater. Ces médicaments réduisent la douleur et la fièvre qui accompagnent l’otite de votre enfant. 

Attention! Vous pourriez avoir le réflexe de donner des décongestionnants ou des antihistaminiques à votre enfant. Ce réflexe est à éviter puisque ces derniers ne sont pas jugés efficaces dans le traitement des otites. Évitez également les médicaments contre la toux si votre enfant est âgé de moins de 6 mois.

De plus, notez que les antibiotiques ne sont pas toujours le traitement recommandé : ils ne fonctionnent pas avec les otites causées par un virus, ils ne réduisent pas la douleur et ils ne sont pas toujours nécessaires puisque plusieurs otites causées par une bactérie guérissent d’elles-mêmes en 2 ou 3 jours.

Quand consulter un médecin?

Si votre enfant souffre d’une otite de l’oreille moyenne et répond à l’un des critères suivants, il est fortement recommandé de consulter un médecin rapidement.

  • Votre enfant a moins de 6 mois;
  • Sa température rectale dépasse 39 degrés Celsius;
  • Sa douleur à l’oreille est particulièrement importante;
  • Il a de la difficulté à entendre;
  • Il présente un écoulement au niveau de l’oreille;
  • Son oreille est plus décollée qu’à l’habitude;
  • Vous remarquez un changement dans son comportement (ex: il refuse de manger).

La Clinique Auditive Rive Nord, votre référence en santé auditive!

Vous avez des questions sur votre santé auditive ou celle d’un proche? Les professionnels des cinq Cliniques Auditives Rive Nord ont les réponses, autant en médecine ORL qu’en audiologie générale. Contactez-nous pour obtenir un rendez-vous à la clinique la plus près de chez vous.

Partager cette page
  • 74
  •  
  • 0

Les vertiges et les oreilles

Par: Clinique auditive Rive Nord

Nous savons tous le rôle que jouent nos oreilles et notre système auditif dans nos capacités à entendre les autres et, ainsi, à entrer en communication avec eux et à entretenir des relations. Toutefois, moins de personnes sont au courant du rôle de premier plan des oreilles pour le maintien de notre équilibre, et ce, grâce au système vestibulaire se trouvant dans l’oreille interne. Différentes conditions peuvent affecter ce dernier et provoquer de désagréables sensations de vertige.

Les vertiges deviennent plus fréquents à mesure qu’on vieillit, mais ils peuvent survenir à n’importe quel âge. Lorsqu’ils sont récurrents, ils peuvent réellement affecter la qualité de vie des personnes qui en souffrent ainsi que leur capacité à fonctionner au quotidien. Dans tous les cas, il est important de consulter un professionnel de la santé auditive afin de s’assurer que les vertiges ne sont pas causés par un problème de santé plus sérieux.

L’équilibre : quels systèmes sont impliqués ?

Pour maintenir notre équilibre, il faut savoir que différents systèmes de notre corps fonctionnent ensemble, soit :

  • Le système vestibulaire : il est situé dans l’oreille interne. Il contribue à la sensation de mouvement et d’équilibre. Il permet au système nerveux de reconnaître notre position dans l’espace (debout, assis, couché).
  • Le système visuel : bien entendu, nos yeux jouent un rôle important dans le maintien de notre équilibre puisqu’ils nous permettent d’analyser notre environnement et d’anticiper les mouvements que nous devons faire.
  • Le système somatosensoriel : c’est ce système qui reçoit les informations liées aux sensations (chaud, froid, doux, etc.) qui sont relayées par les différentes parties de notre corps, comme nos mains et nos pieds.
  • Le système nerveux : le système nerveux reçoit les informations des autres systèmes ci-haut mentionnés et coordonne nos mouvements afin de nous permettre de maintenir notre équilibre.

Lorsque l’un ou l’autre de ces systèmes est atteint, une personne pourra ressentir des vertiges, voire des étourdissements, des nausées et des pertes d’équilibre. Si ces symptômes sont récurrents, cela peut réellement affecter l’autonomie d’une personne et ses capacités à se déplacer de façon sécuritaire.

Quels troubles peuvent être à l’origine des vertiges ?

Les vertiges sont principalement associés à une anomalie du système vestibulaire et du système nerveux. Ces anomalies peuvent toucher la population en général, sans aucun lien avec l’âge. Les vertiges provoquent des problèmes d’équilibre pouvant occasionner de terribles nausées. Ils sont donc incapacitants pour les personnes qui sont aux prises avec ce problème. Dans un tel cas, la rééducation vestibulaire en physiothérapie peut s’avérer utile pour diminuer l’intensité et la fréquence des vertiges.

D’autres pathologies qui peuvent avoir des causes virales ou bactériennes peuvent se manifester par des vertiges. C’est le cas de la neuronite vestibulaire (atteinte du nerf vestibulaire) et de la labyrinthite (infection de l’oreille interne). Dans de tels cas, la prise de médicaments s’avère souvent nécessaire.

Des maladies chroniques peuvent également être à l’origine d’un problème de vertige. C’est le cas de la maladie de Menière, qui est causée par un déséquilibre de la pression des liquides contenus dans l’oreille interne. Cette maladie peut entrainer, en plus des vertiges, une surdité partielle et des acouphènes.

Les vertiges peuvent également être un effet secondaire lié à la prise de différents types de médicaments.

En cas de vertiges, ne baissez pas les bras !

Si vous souffrez de vertige à répétition, ne négligez pas ceux-ci. En effet, il est impératif pour vous de consulter un professionnel de la santé auditive, en l’occurrence un médecin ORL ou un audiologiste. En effet, comme vous l’aurez constaté, les vertiges peuvent être les symptômes d’un problème de santé sérieux, qui doit être pris en charge afin d’éviter les risques de complications. Consulter un professionnel vous permettra de préciser la cause de vos vertiges et d’être dirigé vers le traitement approprié.

En cas de besoin, rappelez-vous que la Clinique auditive Rive-Nord met à votre disposition des médecins spécialistes ORL et des audiologistes. Notre équipe a à cœur votre santé et votre bien-être, alors n’hésitez pas à nous consulter !

Partager cette page
  • 949
  •  
  • 0

La presbyacousie, ou surdité liée à l’âge représenterait environ 90 % de tous les cas de perte auditive. Puisqu’elle peut être liée à la dégénérescence de différentes parties du système auditif, et puisqu’elle peut être influencée par différents facteurs externes, la presbyacousie s’installe généralement tranquillement et de façon progressive.

 

Il faut être conscient que la presbyacousie peut avoir des conséquences qui vont bien au-delà de la perte auditive. En effet, lorsqu’elle n’est pas prise en charge, elle peut mener à l’isolement social, à une perte d’intérêt envers les loisirs et activités, voire à la dépression. Avec le vieillissement de la population et à cause des conséquences que la perte auditive liée à l’âge peut avoir sur la santé physique et psychologique, il faut apprendre à en reconnaître les signes précoces afin de pouvoir supporter nos parents, grands-parents et amis vieillissants à faire face à cette épreuve.

 

Ainsi, l’équipe de la Clinique Auditive Rive-Nord souhaitait vous offrir des informations cruciales pour vous permettre de déceler les premiers signes d’une perte auditive chez un proche !

 

Perte auditive liée à l’âge : qui est à risque ?

Malheureusement, comme la perte auditive est liée à l’âge dans la très grande majorité des cas, personne n’est réellement à l’abri. En effet, on estime qu’elle touche 65 % des personnes de 70 à 79 ans. De plus, on estime que le nombre de personnes atteintes par une perte auditive doublera d’ici 2036, pour passer de 5 millions de personnes actuellement à plus de 10 millions de personnes au pays, cette augmentation étant directement liée au vieillissement de la population.

 

La dégradation des cellules responsables de l’audition, qui est liée à l’âge, est hors de notre contrôle. Néanmoins, il faut savoir que certains facteurs peuvent accélérer et accentuer cette dégradation naturelle. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment les facteurs génétiques prédisposant, les maladies et pathologies de l’oreille, la prise de médicaments ototoxiques (qui peuvent affecter le fonctionnement de l’oreille interne), le tabagisme, le diabète, de même que l’exposition au bruit dans un contexte professionnel ou dans le cadre des loisirs.

 

Comment reconnaître la perte auditive chez un proche ?

Comme nous l’avons mentionné, la presbyacousie s’installe généralement de façon progressive. Au début, la personne atteinte aura de la difficulté à entendre les sons se trouvant dans de hautes fréquences (sons aigus). Elle aura également de la difficulté à maintenir une conversation dans un endroit bruyant, car les sons ambiants deviennent une réelle distraction.

Voici les premiers signes d’une perte auditive qui devraient vous pousser à intervenir auprès d’un proche pour lui proposer d’aller chercher de l’aide auprès d’un professionnel de la santé auditive :

 

  • La personne demande souvent à ses interlocuteurs de répéter ;
  • Elle semble mieux comprendre les voix masculines (plus graves) que les voix féminines ;
  • Elle écoute la télévision et la radio à un volume trop élevé ;
  • Elle ne perçoit pas certains sons du quotidien, comme la sonnerie du téléphone, la sonnette ;
  • Elle n’entend pas bien son interlocuteur lorsqu’elle est au téléphone ;
  • Elle ne semble pas vous entendre lorsque vous l’appelez d’une autre pièce ;
  • Elle ne vous comprend pas bien si elle ne vous regarde pas en face, donc la personne a tendance à ne pas lâcher son interlocuteur des yeux ;
  • Elle a de la difficulté à avoir une conversation dans un endroit bruyant, particulièrement dans les lieux publics (restaurants, épicerie, transport en commun, etc.)
  • Elle s’isole volontairement lorsqu’elle est en groupe ;
  • Elle répète souvent les mêmes choses et semble moins intéressée à discuter de ce qu’elle ne connaît pas ;
  • Elle met de côté certains de ses loisirs.


De plus, il est fréquent que les personnes qui souffrent de presbyacousie soient aussi aux prises avec d’autres symptômes auditifs, par exemple les acouphènes.

 

Quoi faire si on soupçonne une perte auditive ?

Si vous décelez les signes précédemment mentionnés chez un de vos proches, sachez que vous pouvez l’aider ! La meilleure chose à faire est de l’encourager à consulter les professionnels de la santé auditive.

Une consultation auprès d’un médecin ORL pourra permettre de préciser les causes de la perte auditive. Ce dernier pourra alors vous diriger vers un audiologiste qui, par différents tests, pourra mesurer l’étendue de la perte auditive. Finalement, l’audiologiste pourra vous diriger vers un audioprothésiste. Ce dernier, à la lumière des informations précédemment récoltées, pourra proposer une aide auditive adaptée au besoin de la personne ainsi qu’à son mode de vie.

La Clinique Auditive Rive-Nord compte parmi son équipe des médecins ORL ainsi que des audiologistes qui s’avéreront d’une aide précieuse pour la prise en charge de votre perte auditive. De plus, grâce à des partenaires audioprothésistes indépendants, vous pourrez obtenir l’aide auditive dont vous avez besoin, le tout en nous visitant dans une de nos cliniques !

 

La perte auditive liée à l’âge doit impérativement être prise en charge afin d’éviter les conséquences qu’elle peut avoir sur la santé, tout en permettant à la personne qui en souffre de continuer à s’adonner à ses loisirs et à mener une vie épanouie !

 

Sources :

https://www.cpq.qc.ca/dossier/sante-securite-travail/surdite-professionnelle/definitions/presbyacousie

Partager cette page
  • 523
  •  
  • 0

La surdité professionnelle

Par: Clinique auditive Rive Nord

Saviez-vous que les lésions survenues à l’oreille représentent l’une des principales causes de réclamation pour lésion professionnelle auprès de la CNESST ? La surdité professionnelle représente un réel enjeu pour la santé des travailleurs québécois qui présentent un risque accru à cause de leur environnement de travail.

 

Voici un portrait de la situation, puisque la prévention passe avant tout par l’information !

 

Qu’est-ce que la surdité professionnelle ?

On parle de surdité professionnelle lorsqu’une atteinte permanente et irréversible est causée précocement à l’oreille, à la suite de plusieurs années d’exposition au bruit dans un contexte professionnel. Le bruit est susceptible d’entrainer des dommages irréversibles aux cellules auditives lorsqu’il dépasse le seuil de 85 dB (décibels) et qu’on y est exposé de façon prolongée lors d’une journée de travail de 8 heures. Les bruits d’impacts de 140 dB et plus, émis à répétition, représentent aussi un risque.  

 

À cause de leur occupation professionnelle, plusieurs groupes de travailleurs sont particulièrement touchés par la surdité professionnelle. Pensons notamment aux travailleurs du bâtiment, du secteur industriel, du secteur des transports, aux agriculteurs, aux mécaniciens et aux autres travailleurs spécialisés du secteur des services. Les travailleurs du secteur de la musique et du divertissement présentent aussi un risque élevé d’être exposé à un bruit potentiellement dangereux.

 

Les effets du bruit sur la santé

En plus de pouvoir causer la destruction permanente des cellules sensorielles de l’oreille interne, le bruit dans un contexte professionnel a d’autres effets insidieux sur la santé. En effet, il a été associé à un risque accru de maladies cardiaques et d’hypertension artérielle. De plus, il est lié à une augmentation de l’incidence des accidents de travail puisqu’il entraine de la fatigue, une diminution de concentration ainsi que des difficultés de communication.

 

La surdité professionnelle est un phénomène qui s’installe lentement et graduellement. Ainsi, il peut être difficile d’en reconnaître les premiers signes. En général, l’atteinte est d’abord partielle et elle nuit à la détection des sons de fréquence aiguë. À mesure qu’il progresse, le problème affecte ensuite les sons de fréquences moyennes et plus basses. Il va sans dire que la surdité affecte grandement les capacités d’écoute et de communication, et ce, même lorsqu’elle n’est qu’a un stade modéré. Les conséquences sur les différentes sphères de la vie quotidienne sont nombreuses, notamment l’isolement social, la diminution de l’autonomie et la dégradation de l’estime personnelle.

 

Comment se protéger ?
Si vous faites partie des groupes de travailleurs qui sont à risque, il est important que vous preniez les mesures nécessaires pour protéger la santé de vos oreilles. Tout d’abord, discutez avec le dirigeant ou avec le responsable santé et sécurité au travail de votre entreprise. Vous pourrez vous assurer que toutes les mesures nécessaires sont prises pour réduire l’intensité du bruit et sa propagation, de même que pour limiter votre exposition et celle de vos collègues.

 

Si vous soupçonnez que vous souffrez d’une atteinte auditive, il est fortement conseillé que vous consultiez un audiologiste ou un médecin ORL afin d’évaluer votre condition. Ces professionnels de la santé auditive pourront vous offrir des conseils judicieux pour protéger votre audition, de même que vous diriger vers les ressources appropriées en cas de perte auditive.

 

Pour plus d’informations, consultez les professionnels de l’équipe de la Clinique Auditive Rive Nord. Nous rencontrons souvent des personnes faisant face aux conséquences de la surdité professionnelle. Grâce à nos partenaires audioprothésistes indépendants, nous sommes en mesure de prendre en charge votre cas, de l’évaluation à l’appareillage auditif !

 

Sources :
https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1770_Portrait_Surdite_Professionnelle.pdf

http://www.gerersonaudition.com/Telechargements/Outils%20pedagogiques/files/ECHELLE%20DU%20BRUIT.pdf

http://www.santeautravail.qc.ca/documents/13275/89722/2172622_doc-ICr98.pdf

Partager cette page
  • 526
  •  
  • 0

Attention au traumatisme sonore

Par: Clinique auditive Rive Nord

Les experts de la santé auditive parlent d’un traumatisme sonore lorsque l’audition d’une personne est endommagée par un bruit trop intense. Le traumatisme peut produire des symptômes auditifs et de la douleur. Il importe de savoir reconnaître un traumatisme sonore lorsqu’il survient afin d’être en mesure de poser les bons gestes pour éviter que les conséquences qu’il provoque persistent. Ces dernières peuvent en effet être complètement guéries si le problème est pris en charge rapidement, sans quoi une personne pourrait subir une perte auditive permanente.

 

Quels sont les effets d’un traumatisme sonore ?

Un traumatisme sonore peut être provoqué par une exposition à un bruit d’intensité élevée. Ces bruits parviennent à l’oreille interne, où se trouvent les cellules réceptrices de l’audition. Lorsqu’elles sont exposées à un bruit trop intense, ces cellules risquent de s’endommager.

 

Si les cellules sensorielles de l’oreille interne sont endommagées, une variété de symptômes peuvent se faire ressentir, notamment :

  • Une diminution de l’acuité auditive, c’est-à-dire que les différents sons parviennent moins bien à l’oreille ;
  • La présence d’acouphènes, c’est-à-dire des bruits parasitaires tels que des bourdonnements ou des sifflements qui ne sont pas provoqués par des stimulus extérieurs ;
  • Une hypersensibilité à certains bruits, particulièrement les bruits forts qui peuvent alors paraître exacerbés ;
  • Des vertiges et des atteintes à l’équilibre, qui est régulé par l’oreille interne ;
  • Des douleurs ressenties dans une ou dans les deux oreilles, selon le cas.

 

Les causes des dommages à l’oreille interne

Pour bien comprendre comment survient le traumatisme auditif ainsi que ses effets sur la santé auditive, il convient de distinguer le traumatisme sonore aigu du traumatisme sonore chronique.

 

Le traumatisme sonore aigu 

Ce type de traumatisme est normalement causé par un son unique, mais très puissant, se situant au-delà de 150 décibels. Les armes à feu, les explosions et les détonations provoquent un bruit court qui est d’une intensité assez élevée pour causer des dommages à l’oreille interne.

 

Les concerts de musique ou le fait de fréquenter des bars et des clubs où la musique est très forte entrainent aussi un risque de traumatisme sonore. On parle alors de bruits avoisinant davantage les 110 décibels, mais une exposition d’à peine quelques heures à de tels bruits peut être suffisante pour endommager l’oreille interne.

 

Le traumatisme sonore chronique

On parle d’un tel type de traumatisme sonore lors de l’exposition à un bruit puissant, mais supportable, de façon répétée. L’écoute de musique avec des écouteurs, le fait de fréquenter régulièrement des concerts de musique, ou encore l’exposition au bruit dans un contexte professionnel sont toutes des situations qui peuvent endommager progressivement l’oreille interne.

 

Dans de telles situations, les symptômes auditifs n’apparaissent pas aussi instantanément que dans le cas d’un traumatisme auditif aigu, mais les dommages causés peuvent être tout aussi importants.

 

Que faire lorsqu’on subit un traumatisme sonore ?

Dès qu’on remarque l’apparition d’un ou plusieurs des symptômes mentionnés ci-haut, il faut impérativement consulter un médecin ORL. Étant le spécialiste de la santé auditive, le médecin pourra procéder à un examen de l’oreille interne, du tympan et des conduits auditifs. Si l’ORL détecte des dommages, il peut diriger son patient vers un test auditif afin de déterminer s’il y a, ou non, une perte auditive.

 

Le médecin pourra proposer différentes approches non chirurgicales qui, espérons-le, devraient permettre d’éliminer les symptômes. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour réparer les dommages causés.

 

Dans le cas d’un traumatisme sonore ayant entrainé une surdité permanente, l’ORL pourra diriger son patient vers un audioprothésiste, qui pourra lui-même proposer des aides auditives adaptées à la condition du patient et à ses besoins.

 

Si vous soupçonnez souffrir des effets d’un traumatisme sonore, n’hésitez pas à consulter l’équipe de la Clinique Auditive Rive Nord. Notre équipe multidisciplinaire, composée d’ORL, d’audiologistes et d’audioprothésistes indépendants saura prendre en charge votre problème afin de favoriser le maintien de vos capacités auditives.

 

Sources :

 

 

 

Partager cette page
  • 644
  •  
  • 0

Protégez vos oreilles

Par: Clinique auditive Rive Nord

En tant que professionnels de la santé auditive, nous répétons souvent à nos patients et à nos proches l’importance de protéger leurs oreilles lorsqu’ils sont exposés à des bruits intenses. En effet, on a tendance à croire qu’en l’absence de douleur, il n’y a pas de dommages qui sont causés. Néanmoins, nos oreilles ne sont pas à toute épreuve et elles peuvent subir des dommages irréversibles pouvant avoir de graves conséquences sur notre qualité de vie.

 

L’importance de limiter l’exposition au bruit

On répète souvent aux adolescents de ne pas écouter de musique avec des écouteurs à un fort volume. Toutefois, tout le monde devrait faire preuve de la même vigilance quant à l’exposition de ses oreilles aux bruits intenses, et ce, peu importe son âge.

 

Lorsque nos yeux sont exposés à une lumière trop intense, nous pouvons les protéger grâce à nos paupières, simplement en les fermant. Nos oreilles, quant à elles, ne possèdent pas de protection naturelle, ce qui fait en sorte qu’elles sont en tout temps exposées aux bruits, d’où l’importance de leur accorder des périodes de repos suffisantes.

 

Que ce soit dans un cadre professionnel ou récréatif, plusieurs activités produisent un niveau élevé de décibels (unités utilisées pour mesurer l’intensité d’un bruit). Les personnes qui les pratiquent couramment ou sur une base régulière courent un risque accru de voir leur ouïe subir les effets d’une exposition prolongée au bruit. Pensons notamment aux travailleurs de la construction ou à ceux qui travaillent dans les usines. Les personnes qui fréquentent couramment des spectacles de musique, des festivals et des bars sont également à risque.

 

Un effet à la chaîne

Au début d’une exposition au bruit, une personne pourra ressentir une fatigue auditive ou une perte auditive temporaire. Cela veut dire qu’après une exposition suffisamment prolongée (journée de travail ou concert de musique, par exemple) on peut ressentir une diminution de l’acuité auditive, c’est-à-dire que l’oreille devient moins sensible pour capter les sons, qui peuvent alors paraitre feutrés. Si les oreilles ont suffisamment de temps pour se reposer, la situation rentre à la normale par elle-même.

 

Toutefois, si les périodes d’exposition au bruit sont prolongées et répétées, l’oreille ne peut récupérer et il peut y avoir une perte d’audition irréversible. On parle d’une perte d’audition lorsqu’une personne a des incapacités à communiquer de façon normale. Cela peut se traduire par différents signes, notamment :

 

  • Des difficultés à comprendre son interlocuteur dans des environnements où il y a un son ambiant ;
  • Des difficultés à percevoir des sons éloignés ;
  • Un besoin de mettre le téléviseur ou la radio à un volume élevé ;
  • Le fait de ne pas entendre certains bruits qui gênent les autres.

 

Les personnes souffrant des effets d’une perte auditive ont souvent tendance à s’isoler lorsqu’elles sont en groupe, et ce, puisqu’elles ont de la difficulté à entendre les autres et à maintenir une conversation.

 

Pour protéger vos oreilles, parlez-en à un professionnel

Il existe plusieurs types de protection contre le bruit. Pour découvrir le type de protection à préconiser en fonction de votre situation particulière, la meilleure chose à faire est de consulter un professionnel de la santé auditive. Ce dernier pourra évaluer vos besoins et vous offrir de judicieux conseils qui vous permettront de préserver la santé de vos oreilles.

 

Dans le cas d’activités récréatives et occasionnelles comme la fréquentation de festivals ou de concerts, de simples bouchons jetables peuvent permettre de diminuer l’intensité du bruit tout en vous permettant de profiter de l’activité. Dans le cas d’une exposition répétée au bruit, que ce soit dans un contexte professionnel ou récréatif, un audioprothésiste pourra vous proposer une protection personnalisée et spécialement adaptée à votre physionomie ainsi qu’à vos besoins.

 

Rappelez-vous toujours qu’il n’est jamais trop tôt ou trop tard pour protéger votre santé auditive et que de petits gestes peuvent vous sauver de bien des ennuis !

 

Sources :

 

 

Partager cette page
  • 529
  •  
  • 0

Ce sont des métiers qui se complètent, mais qui occupent des fonctions différentes pour le bien de notre santé auditive. Ce sont l’audiologiste, l’audioprothésiste et le médecin ORL !
Afin de vous permettre de comprendre les rôles que jouent ces trois professionnels, nous tenions à vous expliquer les éléments qui les distinguent.

L’audiologiste

Au Québec, la profession d’audiologiste est réglementée et encadrée pour l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec. Pour pratiquer la profession, il faut obligatoirement être enregistré auprès de l’Ordre. De plus, l’audiologiste doit détenir une maitrise en audiologie.

 

Selon la définition fournie sur le site de l’Ordre, « l’audiologiste est le professionnel qui prévient, évalue et traite les personnes qui sont aux prises avec des troubles de l’audition (ex : surdité, acouphènes) et du système vestibulaire (ex : vertige) ».

 

Mesurer la perte auditive à l’aide d’un audiogramme fait partie des rôles de l’audiologiste.

 

L’audiologiste détermine notamment les causes de la surdité ou du problème d’audition afin de diriger son patient vers les solutions qui lui permettront de bien fonctionner dans sa vie personnelle, sociale et professionnelle.

 

L’ORL

Le médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL) intervient auprès de personnes de tout âge afin de diagnostiquer les conditions qui affectent les oreilles, le nez, le gorge et le cou. Lorsqu’une pathologie le requiert, il peut intervenir médicalement et chirurgicalement.

 

Grâce à sa formation de médecin spécialiste, l’ORL diagnostique de nombreux maux qui touchent l’oreille afin d’en déterminer la cause. Pensons notamment aux acouphènes, aux otites ainsi qu’à la surdité chez les enfants, les adultes et les aînés.

 

Généralement, une personne qui aura passé un test de l’audition auprès d’un audiologiste sera redirigée vers un ORL. Si la raison de cette perte auditive ne requiert pas de chirurgie ou d’autres soins médicaux particuliers et que l’ORL détermine que son patient a besoin d’une prothèse auditive pour pallier à son problème d’audition, celui-ci le dirigera vers un(e) audioprothésiste.

 

L’audioprothésiste

Finalement, lorsqu’une personne a besoin d’aide auditive, l’audioprothésiste vient compléter le travail des deux professionnels ci-haut mentionnés. Grâce aux résultats du test auditif transmis par l’audiologiste ainsi qu’aux informations que l’ORL aura à son tour fournies, l’audioprothésiste vient préciser les besoins de son patient.

 

À la lumière de l’ensemble de ces informations, il détermine le type de prothèse auditive la mieux adaptée pour la personne, que ce soit au niveau de ses besoins auditifs ou de son confort.

 

L’exercice de la profession d’audioprothésiste est réglementé par l’Ordre des audioprothésistes du Québec. La vente, la pose et l’ajustement de prothèses auditives sont donc des actes réservés aux audioprothésistes membres de l’Ordre.

La Clinique Auditive Rive Nord, en collaboration avec ses partenaires indépendants Dupont & Gignac audioprothésistes et Marie-Josée Paul audioprothésistes, est heureuse d’offrir les services de ces trois professionnels. Pour tout ce qui touche à votre santé auditive, vous pouvez avoir confiance envers les qualifications de notre équipe de professionnels !

 

Partager cette page
  • 1 187
  •  
  • 0